Reach out, seek Peace.


Dirk_Willems_cropped

Today I’d like to tell you about a picture that has become important to me, and that is really inspiring.

On the picture, you can see Dirk Willems, a dutch Anabaptist, saving his persecutor, as he is about to drown as the ice broke beneath him.

Continue reading “Reach out, seek Peace.”

Advertisements

Être dans l’attente


“Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière a brillé…” (Ésaïe 9,1)

Ce texte (Ésaïe 9,1-6) est un beau texte, toute l’année. Mais c’est vrai, en parlant de lumière, il va particulièrement bien pour ce temps de l’avent et de Noël.

Ces dernières années, souvent, je n’avais pas particulièrement envie de Noël. Quand je voyais les biscuits de Noël débarquer en Septembre, les décorations début octobre et les chansons de Noël en novembre – c’en était fini pour moi. Ajoutez à ça tous ces gens stressés, et toujours plus stressés plus on s’approche de Noël – et voilà ! Et quand les enfants étaient petits, il y avait au moins au total, j’ai compté, 10 fêtes de Noël auquel il fallait aller… trop !

Mais cette année, j’avais vraiment envie de vivre ce temps, et Noël autrement, d’y réfléchir, et d’entrer dans l’esprit de Noël.

Continue reading “Être dans l’attente”

Daily


Have you kissed the sunshine lately,
or touched the birds of the feather?

Have you been kissed by the rays of the sun,
touched the feathers of a bird?

Seen the first frost of winter
adorn the last blossoming roses
And red-orange fire of autumn
still light up as you pass by

Life is a miracle
full of small miracles
to be seen with your eyes
and your heart

Whatever happens
just hold fast
to the small treasures in your heart
to the cherished moments
like a warming fire
in the soul.

Quelques pensées sur l’amour de Dieu et le discipulat


Connaitre Dieu, ce n’est pas tellement s’évader dans des spéculation vagues à propos de lui, mais d’entrer en relation avec lui. Le critère de cette connaissance et de cette relation est la pratique des commandements, c’est-à-dire aimer Dieu et aimer son prochain. Cet amour devrait informer toute la vie des croyants et déterminer les relations entre les croyants.

La Première Épitre de Jean souligne ici que pour demeurer en Dieu, pour demeurer en Jésus, nous en tant que croyants, doivent aussi vivre, donc « marcher », comme Jésus a vécu. L’exemple de Jésus doit nous amener à vivre dans l’amour – Jésus, dont l’amour l’a mené jusqu’à donner sa vie pour nous. Le bon comportement est donc pour Jean une partie indispensable de la vie chrétienne. L’obéissance se manifeste dans l’amour pour Dieu, qui lui répond à l’amour de Dieu.

L’Amour est alors à la fois la nature et une activité de Dieu ; décrit la façon dont les hommes se tournent (ou devraient se tourner) vers lui ; être fondé dans l’amour de Dieu devrait déterminer la relation entre croyants.

L’histoire du lavement des pieds montre bien cet amour exemplaire de Jésus. Le lavement des pieds exprime, symboliquement, ce qui était au centre de la vie et de la Passion (donc de la souffrance, mort et résurrection) de Jésus : c’est l’amour du prochain, qui se met au service des autres, y compris des plus humbles, pour sauver les hommes. C’est aux disciples, donc à nous, d’imiter cette façon de vivre, d’agir et d’aimer de notre Seigneur.

Lay Down


No, NO!

We won’t let evil have the final word

In solidarity with the victims
with their families
mourning the lives that were lost
and those who were so deeply affected

Yet calling out to end
end this madness

Churches are meant to be
spaces
of
hope
peace
resilience

The Church
is a people
following her Master

The Prince of Peace
who willingly turned the cheek
and paid the price
and told his disciples to do likewise

For all who take the sword will perish by the sword
For all who take the gun will perish by the gun

Disciples, lay down your guns
Your weapon is love
Your shelter is God

Blessed are the Peacemakers
They will be called God’s children.

Blessed are the Meek.
The will inherit the Earth.

Je t’ai appelé, tu es à moi!


Que dire lors de journées quand c’est un peu plus difficile ? J’aimerais bien que la vie soit un long fleuve tranquille, mais apparemment il n’en est pas ainsi. Et même si j’ai appris, avec le temps, de faire confiance à Dieu, et de lui remettre mes soucis, et ce qui me trotte dans la tête, et les membres de ma famille, parfois je dois quand même consciemment choisir de nouveau de dire : oui, Seigneur, je te fais confiance. Je ne sais pas pourquoi telle ou telle chose arrive, mais je te fais confiance.

Et puis, je suis tombé sur ces deux textes bibliques.

Ésaïe 43,1-7[1] & Ésaïe 49,14-16[2]

Ces mots ont été prononcé par le prophète Ésaïe au peuple d’Israël alors que celui-ci était en captivité, soumis à un roi étranger.

Pour les Israélites, cette parole de Dieu devient une protestation contre les conditions sous lesquelles ils vivent maintenant. Pour eux, c’est une parole de liberté – ils n’appartiennent plus au roi babylonien, ni au nouveau souverain perse, même s’il devait les réclamer. Ils se souviennent de Dieu, qui les a déjà libérés d’Égypte. Qui les a sauvées à travers les eaux de la mer Rouge. Même si les peuples étrangers et les rois les oppriment ils ne vont pas gagner.

Comment pouvons-nous entendre ces phrases aujourd’hui ?

Continue reading “Je t’ai appelé, tu es à moi!”

Verset du Jour: Psaume 34,15


Détourne-toi loin du mal!
Fais le Bien!
Recherche la Paix
et poursuis-la!

Tout un programme! Un programme pour toute une vie. Dans le texte hébreu, les verbes sont à l’impératif: il ne s’agit donc pas seulement d’une invitation, mais justement – d’un impératif, d’un ordre.

Comment comprendre le mal dont il faut se détourner? Beaucoup ont tenté de le définir, et souvent cela a résulté en des règles et la séparation d’avec “le monde” qualifié comme étant mal, avec ses tentations. Mais je le définirai le mal autrement: se détourner du mal comme l’effort d’activement éliminer, faire quelque chose contre le mal, contre ce qui fait mal dans le monde – la pollution, la pauvreté, la faim, la course à l’armement, l’esclavage dans toutes ses formes, les discriminations, la violence, les inégalités, l’injustice sociale, les paroles blessantes, l’indifférence… la liste est longue. S’en détourner, ce n’est pas seulement fermer les yeux et tourner le dos, mais ne pas y participer, faire quelque chose contre autant que possible.

Ainsi, la liste et les possibilités pour faire le Bien deviennent infinies. Cela peuvent être des grandes choses, mais souvent ce seront des choses qui vont sembler être “juste” des petits gestes, mais qui peuvent avoir un impact énorme, allant d’un sourire et d’une parole bienfaisante à la médiation lors d’un conflit au fait de privilégier les achats chez son paysan local plutôt que de chercher à tout prix le meilleur marché à toute saison chez le gros distributeur.

Car la paix, c’est elle que nous devons poursuivre, et elle est beaucoup plus que seulement l’absence de guerre, plus que le silence des armes. Avec la Paix, justice et amour vont main dans la main; elle est l’avant-goût du Royaume partout où elle devient réalité un peu plus, car le Royaume de Dieu est un royaume de Paix, tout comme Jésus est le Prince de Paix. En tant que disciples, nous sommes appelés à l’imiter et à le suivre. Et la Paix, Shalom en hébreu, désigne autant la paix entre deux individus (entre des êtres humain, ou entre Dieu et l’homme), que la paix intérieure, le calme, la sérénité d’un individu, que sa santé – tous si recherchés aujourd’hui. Le Talmud (Traité Shabbat 10b) dit que le nom de Dieu est Shalom, Paix – est nous dit ainsi vers qui nous trouvons la Paix, et qui est la source de la Paix, et de notre Paix. Ainsi, le Talmud dit également que ceux qui poursuivent la Paix auront une part dans ce monde et dans le monde à venir (Traité Yevamot 109a).

ס֣וּר מֵ֭רָע וַעֲשֵׂה־טֹ֑וב בַּקֵּ֖שׁ שָׁלֹ֣ום וְרָדְפֵֽהוּ׃